La fonction d’expert-comptable

Le métier d’expert-comptable

Etre expert-comptable, c’est appartenir à une profession règlementée. Expert-comptable est un titre professionnel protégé délivré après inscription au tableau de l’Ordre des experts-comptables. Un diplômé d’expertise comptable, nouvellement diplômé ou déjà expérimenté, doit être inscrit à l’Ordre pour pouvoir exercer sa profession. Il peut exercer à titre indépendant, seul ou avec des collaborateurs et diriger son cabinet d’expertise comptable, ou exercer en société avec des associés.

Le métier d’expert-comptable comporte une infinité de missions de natures diverses que l’on peut répartir dans trois grandes catégories, les deux premières s’effectuent dans un cadre contractuel, la troisième répond à une exigence de la loi.

A titre principal :

  • réviser et apprécier les comptabilités des entreprises ;
  • attester la régularité et la sincérité des comptes ;
  • tenir et surveiller la comptabilité des entreprises.

L’expert-comptable intervient en amont de la comptabilité en mettant en place des procédures, en formant le personnel comptable, en participant à l’enregistrement des opérations, ainsi qu’en aval en fiabilisant les comptes annuels (bilan, compte de résultat, documents annexes, etc.). Il accompagne le créateur d’entreprise pour examiner la faisabilité de son projet. Depuis une récente réforme des textes régissant la profession, l’expert-comptable peut assister les particuliers («services à la personne») dans leurs obligations déclaratives fiscales (déclaration des revenus par exemple), sociales et administratives (notamment pour les personnes âgées ou handicapées).

Ces missions sont le cœur de métier de l’expert-comptable.

A titre accessoire

A l’appui de sa mission principale, l’expert-comptable effectue de nombreuses missions d’assistance et de conseil sur la gestion de l’entreprise :

  • établissement des bulletins de paie et des déclarations sociales ;
  • établissement des déclarations fiscales et assistance en cas de contrôle fiscal ;
  • secrétariat juridique des sociétés (dans le cadre des conseils d’administration et assemblées générales par exemple) ;
  • suivi de trésorerie et contrôle budgétaire ;
  • mise en place d’outils de gestion (tableaux de bord, …) ;
  • réorganisation administrative (informatique, gestion du personnel, recrutement…);
  • évaluation d’entreprise ;
  • aide au financement des entreprises (faciliter l’obtention de financements pour les TPE par exemple);
  • conseil en gestion de patrimoine ;
  • conseil à l’export ;
  • conseil en matière de mécénat ; dans le domaine de l’intelligence économique ou du développement durable ;
  • etc.

Ces interventions qui débouchent sur des missions de conseil, se développent de plus en plus et ajoutent de la valeur à la prestation de l’expert-comptable. C’est grâce à sa formation initiale de généraliste de haut niveau que l’expert-comptable peut assurer tout cette palette de missions.

Les missions prévues par la loi et réservées aux experts-comptables

Il en existe quelques-unes :

  • auprès des comités d’entreprise (rôle pédagogique de l’expert-comptable pour expliquer les comptes de l’entreprise) ;
  • comptes de campagne (tenue, surveillance et révision des engagements de dépenses des candidats à une élection) ;
  • attestation Ecofolio (mission liée à l’environnement consistant à contrôler le tonnage d’imprimés papier déclaré par une entreprise par rapport à sa comptabilité) ;
  • évaluation du patrimoine de l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) ;
  • visa fiscal (visa délivré par un expert-comptable, dans certaines conditions, permettant à son client de bénéficier d’un abattement d’impôt).

Ces dernières missions sont souvent appelées les missions légales de l’expert-comptable.

L’expert-comptable peut également, sous certaines conditions, exercer en tant que commissaire aux comptes après inscription sur les listes des commissaires aux comptes dressées auprès de chaque cour d’appel. Bien entendu, pour des raisons d’indépendance, il ne peut exercer cette fonction auprès des sociétés dont il est déjà l’expert-comptable. Le commissariat aux comptes consiste en effet à examiner de façon objective les comptes d’une entreprise, à en vérifier la véracité et à les authentifier. Le commissaire aux comptes est responsable juridiquement et judiciairement des comptes qu’il a certifiés (site de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes)

Enfin, l’expert-comptable est aussi un chef d’entreprise. En effet, un expert-comptable exerçant en société ou au sein d’une association de gestion et de comptabilité (AGC), consacre une part importante de ses fonctions à l’organisation et au développement de sa société ou de son association, au recrutement et à la gestion de ses collaborateurs, à la prospection de nouveaux clients et à leur fidélisation… plus d’info

(Source Ordre des experts comptables)